Yadh Ben Achour

Juriste tunisien, spécialiste des théories politiques islamiques et de droit public.

Il naît dans une famille Tunisoise de lettrés, de magistrats et de hauts fonctionnaires. Petit-fils de l’exégète du Coran Mohamed Tahar Ben Achour et fils de Mohamed Fadhel Ben Achour, professeur à la mosquée Ezeitouna et ancien mufti de la République, il a été doyen de la faculté des sciences juridiques de Tunis. Démissionnaire du Conseil constitutionnel en 1992, il a été un opposant au régime du président Zine el-Abidine Ben Ali. Il critique également la révision constitutionnelle de 2002 permettant à Ben Ali de se représenter sans limite à la présidence.

Lors de la révolution tunisienne de 2010-2011, il est nommé à la tête d’une commission de réforme des textes et des institutions, chargée de débarrasser le droit tunisien des dispositions du régime déchu de Ben Ali. Cette commission fusionne ensuite avec les représentants de partis et d’associations de l’opposition à Ben Ali, réunis au sein du Conseil pour la protection de la révolution pour devenir la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique. À sa tête, il met en place les institutions chargées de veiller sur la transition démocratique en Tunisie, notamment l’élection de l’assemblée nationale constituante.

Il est élu membre du Comité des droits de l’homme des Nations unies le 7 mai 2012 en remplacement d’Abdelfattah Amor décédé en janvier 2012. Il est réélu en juin 2014 et en juin 2018. Il est chargé actuellement de la chaire Averroès à l’IMERA (Institut Méditerranéen d’Etudes et de recherches Avancées) de l’université d’Aix-Marseille. Il a été élu le 25 novembre 2018 par l’assemblée des professeurs du Collège de France pour occuper la chaire « mondes francophones » au collège de France pour l’année universitaire 2019-2020.

Extrait de bibliographie (ouvrages).

 1) L’État nouveauet la philosophie politique et juridique occidentale, Tunis,C.E.R.P., Bibliothèque de Droit et de Sciences Politiques et Economiques, Tunis, 1980.

2) Droit administratif, Tunis, C.N.U.D.S.T., Publications Scientifiques Tunisiennes, Série droit public, n° 1, Tunis, 1980. Deuxième édition : Tunis, C.P.U., Tunis, 2000. 3ème édition, CPU, 2010.

3) Politique, religion et droit dans le monde arabe, Tunis, CERES production, 1992.Trad. italienne par Orsetta Giolo, La tentazine democratica, Ombre Corte, Verona, 2010.

4) Normes, foi, et loi, Tunis, CERES production, 1993.

5) Contentieux administratif, Tunis, CERES production, 1995, en langue arabe, 2ème édition : 1998, 3ème édition : 2006.

6) Souveraineté étatique et protection internationale des minorités, Cours à l’Académie de droit international, août 1994, R.C.A.D.I., 1994, Martinus Nijhoff Publishers, p. 325.

7) Conscience et droit : l’Esprit civique et les droits modernes, Beyrouth, Casablanca, Ed. Centre culturel arabe, 1998, en langue arabe.

8) Le rôle des civilisations dans le système international. Droit et relations internationales, Bruxelles,Bruylant, 2003.

9) La Cour européenne des droits de l’Homme et la liberté de religion, Paris, Pedone, 2005.

10) Introduction générale au droit, Tunis, C.P.U., 2005.

11) Aux Fondements de l’orthodoxie sunnite, Paris, PUF, 2008. Tunis, CERES éditions, 2009.

12) La deuxième Fatiha, L’Islam et la pensée des droits de l’homme. PUF, Mai 2011. CERES éditions Tunis, juillet 2011. Traduction arabe, Fethi Belhaj yahia, Sud Edition, 2013.

13) Tunisie, Une révolution en pays d’Islam, CERES éditions, Tunis, 2016. 2ème édition juillet, 2017. Edition Suisse, Labor et Fides, 2018.Traduction arabe, Fethi Belhaj yahia, novembre 2018.

14) Quel Islam Pour l’Europe, (avec François Dermange), Labor et Fides, Genève, 2017.

En préparation. L’islam face au défi démocratique.